Après délibération du comité de sélection du Fonds en juin 2017, huit financements de recherche de 20 000 € ont été attribués aux propositions suivantes

(cliquer sur les titres pour consulter le détail de chaque projet)

1. Configurations et dynamiques de l’aide humanitaire dans les zones d’inondations de la vallée du fleuve Niger au Nord-Bénin

Recherche postdoctorale menée par M. Georges DJOHI, ingénieur agronome et anthropologue, affilié au département d’Economie et Sociologie Rurales (ESR) de la Faculté d’Agronomie de l’Université de Parakou, au Bénin.

Il questionne ici les limites des actions menées par le gouvernement béninois et ses partenaires (agences de développement, ONG) pour aider les populations confrontées aux inondations  survenues dans la zone agro-écologique de l’extrême Nord-Bénin (ZAE1). Malgré les nombreux projets et ressources déployés, la situation s’aggrave, laissant une part croissante de la population locale dans la marginalité et la pauvreté. Quels sont les facteurs socio-économiques, politiques et culturels, et les jeux de pouvoir entre les différents acteurs impliqués, permettant de comprendre la spécificité de la configuration de l’espace humanitaire dans la ZAE1 et les dynamiques qui en découlent ?

Recherche co-financée par l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement)

2. Evaluation économique des dispositifs de gestion des risques climatiques : le cas du risque de sécheresse au Niger

Recherche postdoctorale menée par Mme Mariama Nouhou KOUTCHA, docteure et enseignante en Agro-climatologie et Agronomie générale à la Faculté d’Agronomie de l’Université Islamique de Say, au Niger, et accueillie par le laboratoire EconomiX de l’Université Paris-Nanterre dans le cadre de cette recherche.

Son objectif est de proposer une évaluation économique et une comparaison, du point de vue des populations, des différents dispositifs existants et d’autres dispositifs potentiels de couverture des risques climatiques au Niger, en vue de la recherche d’une combinaison optimale. Il s’agira d’identifier tous les mécanismes et acteurs impliqués dans la gestion des risques climatiques  au Niger, de faire une analyse microéconomique de l’impact des mécanismes identifiés et de proposer des améliorations.

Recherche soutenue par le Fonds AXA pour la recherche

3. Autonomie : de l’éthique à la pratique. Le cas de la FONGS-action paysanne au Sénégal

Recherche postdoctorale menée par Mme Kelly POULET, docteure en sociologie, rattachée au CURAPP-ESS de l’Université de Picardie Jules Verne d’Amiens et responsable de formation à l’AFERTES (Association pour la Formation, l’Expérimentation et la Recherche en Travail Educatif et Social).

Son projet propose d’étudier et de comprendre le tissu humanitaire local sénégalais en pleine transition, à partir du cas de la Fédération des Organisations Non Gouvernementales (FONGS-action paysanne). Cette étude s’intéresse spécifiquement aux principes éthiques de cette fédération, en particulier celui de l’autonomie des paysans, et à ses pratiques articulant actions humanitaires, sociales et économiques, d’urgence et de développement durable.

Recherche soutenue par le Gouvernement princier de Moncao

4. Lutte contre la malnutrition en Côte d’Ivoire : bilan et perspectives d’appropriation des projets WASH et ATPC par les acteurs locaux du Bounkani

Recherche postdoctorale menée par M. Edouard Kouadio KOUASSI, docteur en Sociologie et chercheur au Centre de Recherche pour  le Développement (CRD) à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké en Côte d’Ivoire, affilié au Laboratoire d’Agroéconomie et Développement Rural (LADR).

Sa recherche a pour objectif d’évaluer l’impact du PADEHA sur la malnutrition dans la région du Bounkani, en Côte d’Ivoire. Le « Programme d’appui à l’accélération de l’Accès Durable à l’Eau, l’Hygiène et l’Assainissement » a été impulsé par le gouvernement ivoirien et ses partenaires afin de réduire les risques sanitaires liés à l’eau. Il s’agira notamment de présenter le bilan du PADEHA relatif à la malnutrition dans cette région, de déceler la perception locale du rapport excréments d’animaux-malnutrition et son impact sur la santé des populations, et de suggérer des stratégies  pour une appropriation totale des projets en vue d’un changement durable de comportement des populations.

Recherche soutenue par le Fonds AXA pour la recherche

5. Accompagnement de la fin de vie des enfants en Côte d‘Ivoire: le care saisi sous l’angle du don

Recherche postdoctorale menée par Mme Roseline N’Da GBOCHO, enseignante-chercheure affiliée au Département de Sociologie et d’Anthropologie et à la Chaire Unesco de Bioéthique de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké, en Côte d’Ivoire.

Cette recherche interroge la place et le rôle des bénévoles en tant qu’aidants dans le cadre de l’accompagnement de la fin de vie des enfants en Côte d’Ivoire. Elle vise à démontrer que parallèlement aux pratiques soignantes des professionnels de santé il existe un marché social du care qui demeure peu connu, alors que ces bénévoles assurent une grande partie des prestations sociales que n’arrive pas à couvrir le personnel soignant. Conscients du rôle important qu’ils jouent dans les réponses à apporter aux demandes de soins relationnels, comment les bénévoles négocient la place qui leur est dévolue pour une plus grande visibilité sociale ?

Recherche co-financé par l’IRD (Insitut de Recherche pour le Développement)

6. Les ONG face aux défaillances du système sanitaire dans le Nord de la Côte d’Ivoire : palliatif ou substituant ?

Recherche postdoctorale menée par M. Toily Anicet ZRAN, docteur et enseignant-chercheur en Histoire, rattaché au Centre de Recherche sur l’Histoire des peuples des Savanes d’Afrique (CRESHA) du Département d’Histoire de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké, en Côte d’Ivoire.

L’accès aux soins demeure très difficile dans les anciennes zones assiégées par la rébellion, notamment les zones rurales de la région septentrionale de la Côte d’Ivoire dont les structures sanitaires rares et déliquescentes bien avant la guerre se retrouvent aujourd’hui dans un état de dégradation très avancée. Dans ces conditions, le soutien des ONG est encore déterminant pour la santé des populations. Cette recherche a pour objectif principal de questionner l’impact et les enjeux de l’action des ONG dans le secteur de la santé au nord de la Côte d’Ivoire face aux défaillances des structures de santé étatiques.

Recherche soutenue par le Fonds AXA pour la recherche

7. Recours aux soins des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans dans les zones fortement soumises aux aléas climatiques

Recherche postdoctorale menée par Mme Voahirana Tantely ANDRIANANTOANDRO, économiste de formation, enseignante-chercheure rattachée au Centre de Recherche pour le Développement de la Faculté des Sciences Sociales (FSS) de l’Université Catholique de Madagascar, à Antananarivo.

L’objectif de sa recherche est de savoir si l’accès aux soins de santé maternelle et infantile dans les zones où l’aide humanitaire est importante et récurrente est véritablement meilleur que dans les zones sans aide. Du côté de la demande, il s’agira d’étudier la trajectoire thérapeutique des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans (type de recours réalisé, type de soins et leurs déterminants socio-économiques, culturels et environnementaux). Du côté de l’offre, l’objectif sera de connaître les interactions entre populations et prestataires de soin (relations soignants-soignés) et celles entre les organisations humanitaires et le système de santé mis en place (fonctionnement des services).

Recherche soutenue par le Fonds Claire & François

8. Pour une sécurisation alimentaire durable. Rôle et potentialités des micro- entreprises dans l’approvisionnement et la transformation agro-alimentaire en milieu urbain burkinabé

Recherche postdoctorale menée par Mme Roberta RUBINO, docteure en Anthropologie Sociale et Ethnologie à l’EHESS de Paris, et rattachée à l’UMR Développement et Société de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (IRD).

En partant de l’idée qu’une crise alimentaire est à considérer comme l’expression des dysfonctionnements sociaux, marchands et politiques, cette recherche propose d’étudier les initiatives locales dans le domaine de l’approvisionnement et de la transformation agroalimentaire  en milieu urbain burkinabé, dans la ville de Ouagadougou. L’objectif est de comprendre les rôles, les capacités d’actions, les intérêts de ces acteurs sociaux dans une réelle transition vers un développement autonome et une sécurisation alimentaire durable. La méthode choisie vise à  retracer les itinéraires de vie des micro-entreprises de l’agroalimentaire ainsi que les itinéraires d’usage de leurs produits.

Recherche soutenue par le Fonds Compagnie fruitière